Submit

Je rêve peut-être

Oct 2 2019
Photo by
Andrew Powell/Liverpool FC/Getty Images
Photo by
Andrew Powell/Liverpool FC/Getty Images
Jürgen Klopp
Liverpool F.C.
Oct 2 2019

To read in English, click here.

J

e me dois de commencer avec une histoire un peu gênante. Parce qu’il m’arrive parfois d’être apeuré par la façon dont le monde extérieur perçoit les footballeurs et entraîneurs, comme si nous étions des dieux, ou je ne sais quoi. En bon Chrétien, je ne crois qu’en un seul Dieu. Et je peux vous assurer que Dieu n’a rien à voir avec le football. Nous échouons tous, sans cesse. C’est la vérité. Et lorsque j’étais un jeune entraîneur, j’ai beaucoup échoué.

Voici l’une des ces histoires.

Il faut remonter à 2011. Mon équipe, le Borussia Dortmund, jouait contre le Bayern Munich. C’était un très grand match du championnat. Cela devait faire vingt ans que nous n’avions pas gagné à Munich. Les films sont une grande source d’inspiration pour moi, donc à chaque fois que j’avais besoin de motiver les garçons, je pensais toujours à Rocky Balboa. À mon avis, ils devraient montrer Rocky 1, 2, 3 et 4 dans toutes les écoles du monde. Ça devrait être aussi important qu’apprendre l’alphabet. Si tu regardes ces films et que tu n’as pas envie de gravir le sommet d’une montagne, alors je pense que quelque chose ne tourne pas rond chez toi.

Alors la veille d’affronter le Bayern, j’ai réuni tous mes joueurs à l’hôtel pour le speech. Les garçons étaient tous assis, toutes les lumières étaient éteintes. J’ai été très clair avec eux : La dernière fois que Dortmund a gagné à Munich, la plupart d’entres-vous portait encore des Pampers.

Ils devraient montrer Rocky 1, 2, 3 et 4 dans toutes les écoles du monde.

Puis j’ai montré des passages de Rocky IV sur l’écran, celui avec Ivan Drago. Un classique à mon goût.

Drago est en train de courir sur le tapis, branché aux ordinateurs, avec des scientifiques autour de lui. Vous voyez la scène ? J’ai dit aux garçons : Vous voyez ? Le Bayern c’est Ivan Drago. Le meilleur de tous ! La meilleure technologie ! Les meilleures machines ! Il est imbattable !

Ensuite, vous regardez Rocky s’entraîner en Sibérie dans sa petite cabane en bois. Il abat des pins, porte des bûches en pleine neige et court jusqu’au sommet de la montagne.

À cet instant, j’ai dit aux garçons : Vous voyez ? Ça c’est nous. On est Rocky. On est plus petit, oui, mais on a la passion ! On a le cœur d’un champion ! On peut réaliser l’impossible !!!

Je m’emportais encore et encore, jusqu’à ce que je lève mon regard vers mes garçons pour observer leurs réactions. Je m’attendais à les voir debout sur leurs chaises, prêts à gravir une montagne en Sibérie, devenir hystériques.

Oliver Hardt/AFP/Getty Images

Mais tout le monde était assis et me regardait, le regard vide.

Complètement vide.

Silence radio comme on dit.

Ils me regardent et se disent, Mais de quoi il parle ce fou ?

C’est après que je me suis dit, attends, en quelle année est sorti Rocky IV ? 1980, dans ces eaux-là ? Ils sont nés quand ces mecs ?

Finalement, j’ai dit :  Attendez les gars. Levez la main si vous connaissez Rocky Balboa?

Deux mains se sont levées. Sebastian Kehl et Patrick Owomoyela.

Non désolé Boss , disaient les autres.

Mon discours… Absurde ! C’est le match le plus important de la saison, peut-être le plus important de la vie de certains joueurs. Et l’entraîneur hurle depuis dix minutes en parlant de technologie soviétique et de Sibérie ! Hahahaha ! Vous arrivez à le croire ?

Je devais recommencer mon discours, de A à Z.

Cette histoire est vraie. C’est ce qui arrive vraiment dans la vie. Nous sommes humains. Parfois nous nous faisons honte tout seul. C’est comme ça. On pense donner le plus grand discours de l’histoire du football, alors qu’en fait, on raconte n’importe quoi. Mais le lendemain on se réveille, et on repart.

Nous sommes humains. Parfois nous nous faisons honte tout seul. C’est comme ça.

Vous savez ce qui est le plus étrange dans cette histoire ?

Honnêtement, je ne sais même plus si on a gagné ou perdu ce match. Je suis presque sûr d’avoir fait ce discours en 2011 avant notre victoire 3-1, ce qui rendrait l’histoire vraiment belle ! Cela dit, je n’en suis pas sûr à 100%.

C’est quelque chose que les gens ne comprennent pas toujours à propos du football.

Les résultats, on les oublie. Ils se mélangent tous dans votre tête.

Mais ces garçons, cette époque de ma vie, et toutes ces petites histoires… je ne les oublierai jamais.

C’est un honneur d’avoir été élu meilleur entraîneur d’une équipe masculine par la FIFA hier soir, mais je n’aime vraiment pas être seul sur scène avec un trophée juste pour moi. Tout ce que j’ai réussi à faire dans ce sport a été possible uniquement grâce aux personnes qui m’ont entouré. Pas seulement mes joueurs, mais aussi ma famille, mes fils et tous ceux qui ont été auprès de moi depuis le début, lorsque je n’étais qu’une personne plus que moyenne.

Sincèrement à mes 20 ans, si quelqu’un était venu du futur pour me dire tout ce qui allait se passer dans ma vie, je ne l’aurais jamais cru. Si Michael J. Fox était venu lui-même, en volant sur son hoverboard, me dire ce qui allait se passer, j’aurais dit que c’était impossible.

Un événement a totalement bouleversé ma vie lorsque j’avais 20 ans. J’étais encore un enfant mais je devenais père. Soyons honnêtes, ce n’était pas le meilleur moment. J’étais un joueur de football amateur et j’allais à l’université la journée. Pour payer mon école, je travaillais dans un stock qui entreposait des films pour les salles de cinéma. Et pour les plus jeunes d’entre vous, je ne parle pas de DVD. C’était la fin des années 80, où tout était encore sur pellicule. Les camions débarquaient à 6 heures du matin pour relever les nouveaux films, et nous devions charger et décharger ces énormes bonbonnes de métal. Sincèrement c’était assez lourd. Tu espérais toujours que le film ne comportait pas quatre bobines, comme Ben-Hur… Si c’était le cas, tu passais une mauvaise journée.

Je dormais cinq heures toutes les nuits, allais au stock le matin, puis en cours la journée. Le soir, j’allais aux entraînements, puis je finissais par rentrer à la maison pour essayer de passer du temps avec mon fils. C’était une période très difficile. Mais elle m’a appris beaucoup de choses sur la vraie vie.

J’ai dû devenir une personne mature à un jeune âge. Dès que mes amis m’appelaient pour aller au pub le soir, chaque partie de moi voulait leur répondre oui, oui, j’arrive. Mais bien sûr, je ne pouvais pas y aller, parce que je ne vivais plus uniquement pour moi-même. Les bébés n’en ont rien à faire si vous êtes fatigués ou si vous avez envie de faire des grasses matinées.

S’inquiéter pour le futur d’une petite personne à qui vous avez donné la vie, c’est une vraie préoccupation. C’est une vraie difficulté. Rien qui ne puisse se passer sur un terrain de football n’est comparable à cela.

On me demande parfois pourquoi je souris tout le temps. Même après une défaite, il m’arrive de sourire. La raison est simple : quand mon fils est né, j’ai compris que le foot n’était pas une question de vie ou de mort. Nous ne sauvons pas des vies. Le football ne devrait pas propager de la misère et de la haine. Ce sport doit apporter de la joie, encore plus chez les enfants.

J’ai vu par moi-même ce qu’un petit ballon rond pouvait apporter à la vie de beaucoup de mes joueurs. Les histoires de Mo Salah, Sadio Mané, Robert Firmino et de beaucoup de mes autres joueurs sont absolument incroyables. Ils ont surmonté des difficultés incomparables à celles auxquelles j’ai dû faire face durant ma jeunesse en Allemagne. Ils ont connu tellement de moments où ils auraient pu facilement abandonner, mais ils ne l’ont jamais fait.

Ce ne sont pas des dieux. Ils n’ont juste jamais abandonné leurs rêves.

Visionhaus/Getty Images

À mon avis, 98% du football revient à accepter l’échec et à être toujours capable de sourire et être heureux lors du match suivant.

J’ai appris de mes erreurs très tôt. Je n’oublierai jamais la première. J’ai pris le contrôle de Mayence en 2001, où j’avais joué pendant 10 ans. Le problème était que les joueurs étaient toujours mes amis. Du jour au lendemain, j’étais devenu leur manager. Ils m’appelaient encore Kloppo.

Lorsque j’ai dû annoncer le groupe pour le premier match, je pensais que la seule bonne manière était d’aller voir chaque joueur un à un pour le lui dire en face.

Mais c’était une très mauvaise idée puisque les joueurs logeaient par deux dans les chambres d’hôtel.

Vous pouvez donc facilement imaginer la scène. Je rentre dans la première chambre, les deux joueurs s’assoient sur leur lit respectif et je regarde le premier en disant : Tu seras titulaire demain.

Je me tourne vers l’autre et dis : Malheureusement, tu seras sur le banc de touche.

J’ai compris à quel point ma méthode était débile quand le deuxième joueur m’a regardé dans les yeux en me demandant : Mais… Kloppo… Pourquoi ?

La plupart du temps, il n’y a rien à répondre. La seule vraie réponse étant : Seuls 11 joueurs peuvent être titulaires.

Malheureusement j’ai dû recommencer huit fois puisque dix-huit joueurs étaient amassés dans neuf chambres. Deux mecs assis sur les lits. Tu démarres. Toi non.

À chaque fois… Mais… Kloppo… Pourquoi ?

Hahahah, c’était insupportable !

Ce fut la première de nombreuses fois où j’ai marché dans la m**** en tant que manager. Qu’est-ce que vous pouvez faire ? Juste attraper un mouchoir, vous nettoyer, et essayer d’apprendre.

Si vous ne me croyez pas, dites-vous une chose : même mon plus grand triomphe en tant qu’entraîneur est né d’une catastrophe.

Même mon plus grand triomphe en tant qu’entraîneur est né d’une catastrophe.

Perdre 3-0 à Barcelone en Ligue des Champions était le pire résultat possible la saison dernière. Alors qu’on se préparait pour le match retour, ma causerie fut très concise. Pas de Rocky cette fois-ci. J’ai principalement abordé le plan tactique. Mais je leur ai aussi dit la vérité. J’ai dit Nous devons jouer sans deux des meilleurs attaquants du monde. Tout le monde dit que c’est impossible. Et soyons honnêtes, ils ont sûrement raison. Mais parce que c’est vous ? Parce que c’est vous, nous avons une chance.

Je croyais vraiment en ce que je disais. Cela ne concernait pas leurs habilités techniques de footballeurs. Ça concernait ceux qu’ils étaient en tant qu’humains et tout ce qu’ils avaient surmonté dans leurs vies.

Je n’ai rajouté qu’une seule chose. Si l’on échoue, échouons au moins de la plus belle des manières.

Bien sûr, c’était facile pour moi de dire ça. Je suis juste le gars qui crie depuis le bord du terrain. C’est bien plus dur pour les joueurs d’y arriver. Mais grâce à ces mecs et aux 54 000 personnes présentes à Anfield, on a réussi l’impossible.

La beauté du football est que vous ne pouvez rien réussir seul. Rien, croyez-moi.

Malheureusement, le moment le plus incroyable de l’histoire de la Ligue des Champions… je ne l’ai même pas vraiment vu. Qui sait, c’est peut-être une belle métaphore de ce qu’est la vie d’un entraîneur de football. Mais en fait, j’ai complètement raté le coup de génie de Trent Alexander-Arnold.

J’ai vu la balle partir en corner.

J’ai vu Trent marcher en direction du poteau pour le tirer. J’ai vu Shaqiri le suivre.

Mais je me suis retourné vu que nous préparions un changement. Je parlais à mon adjoint et… vous savez, j’ai la chair de poule dès que j’y pense… J’ai juste entendu le bruit.

Je me suis tourné en direction du terrain et j’ai vu la balle partir au fond des filets.

En me retournant vers le banc, j’ai regardé Ben Woodburn et il m’a dit : Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

J’ai répondu :  J’en sais rien !

Anfield devenait – wooh – absolument délirant. Je pouvais à peine entendre mon adjoint, il hurlait  Du coup… On fait quand même le changement ?

Hahahaha ! Je n’oublierai jamais ses mots ! Ce sera toujours gravé.

Imaginez un peu… Entraîneur pendant 18 ans, des millions d’heures passées à regarder ce jeu pour finalement rater l’action la plus impertinente ayant eu lieu sur un terrain de foot. Depuis ce soir là, j’ai sûrement regardé le but de Divock en vidéo 500 000 fois. Mais de mes propres yeux, je n’ai vu que le ballon partir dans les filets.

En arrivant dans le local à chaussures après le match, je n’ai même pas bu une gorgée de bière. Je n’en avais pas besoin. Je me suis assis en silence, avec une bouteille d’eau dans la main et un grand sourire sur mon visage. C’était un sentiment indescriptible. En rentrant à la maison, ma famille et mes amis m’attendaient, prêts à faire la fête. Mais j’étais tellement fatigué émotionnellement que je suis allé seul au lit. Mon corps et mon esprit étaient totalement vides.

Je n’ai jamais aussi bien dormi.

Le meilleur moment, c’est le réveil du lendemain. Quand tu réalises que c’est toujours vrai, ça a vraiment eu lieu.

Selon moi, le football est la seule chose plus inspirante que le cinéma. Vous vous réveillez le matin et toute la magie était bien réelle. Vous avez bien renversé Drago, ça a vraiment eu lieu.

Je pense à ça depuis juin, après que l’on ait défilé dans les rues de Liverpool avec le trophée de la Ligue des Champions. Aucuns mots ne peuvent décrire les émotions ressenties ce jour-là. Le bus avançait et à chaque fois que nous pensions que la parade était terminée, qu’il ne pouvait pas y avoir plus de monde dans la ville de Liverpool, nous prenions un nouveau virage et la parade continuait. C’était juste irréel. Si vous aviez pu recueillir toutes les émotions, toute l’excitation et l’amour présents dans l’air ce jour-là, le monde irait bien mieux.

Ben Stansall/AFP/Getty Images

Les émotions de cette journée stagnent encore en moi aujourd’hui. Le football m’a tout donné mais je veux vraiment donner plus en retour au monde. Facile à dire, je sais. Mais comment peut-on vraiment se différencier?

Ces dernières années, j’ai été vraiment inspiré en voyant Juan Mata, Mats Hummels, Megan Rapinoe et d’autres footballeurs rejoindre l’organisation Common Goal. Si vous n’êtes pas au courant du travail effectué, c’est quelque chose d’incroyable. Plus de 120 joueurs ont prévu de donner 1% de leurs gains totaux pour offrir plus de moyens aux ONG spécialisées dans le football partout dans le monde. Ils ont déjà contribué au soutien de programmes pour les jeunes en Afrique du Sud, Zimbabwe, Cambodge, Inde, Colombie, Royaume-Uni, Allemagne et dans de nombreux autres pays.

Ce n’est pas uniquement pour les footballeurs les plus riches du monde. Les onze titulaires de l’équipe nationale féminine du Canada ont rejoint le mouvement. Des Japonais, Australiens, Ecossais, Kenyans, Portugais, Anglais, Ghanéens ont pris part à l’organisation… Comment ne pas se sentir inspiré par de telles choses ? C’est ça qui compte vraiment dans le football.

Je veux juste faire partie de ça. C’est pour cela que je verse 1% de mon salaire annuel à Common Goal, et j’espère que beaucoup, beaucoup d’autres personnes du monde du football me rejoindront.

Soyons francs, nous sommes particulièrement riches. Il en tient de notre responsabilité, en tant que personnes privilégiées, de donner quelque chose à des enfants de la terre entière qui ont juste besoin d’une chance dans la vie.

Nous ne devrions pas oublier comment c’était lorsque nous avions de vrais problèmes. Nous vivons dans une bulle qui n’a rien à voir avec le monde réel. Je suis désolé, mais ce qui arrive sur un terrain de football n’est pas un vrai problème. Il devrait y avoir une autre raison d’être dans ce sport que les recettes et les trophées, non ?

Pensez juste à ce que nous pouvons réussir si nous nous unissons et donnons 1% de nos revenus pour changer positivement le monde. Peut-être suis-je naïf. Peut-être suis-je un vieux rêveur.

Mais pour qui est ce jeu ?

Nous savons tous très bien que ce jeu est pour les rêveurs.

Jürgen Klopp
Liverpool F.C.